• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Une conseillère à la retraite

Une conseillère à la retraite - Barbara Oldfield

Une de mes voisines était une conseillère en planification financière. Elle avait fait des études pour devenir conseillère, après être resté 10 années à la maison à s’occuper de ses enfants. Elle allait partir à la retraite dans très peu de temps, et je suppose qu’elle avait fait tout le nécessaire pour pallier à tous les imprévus d’après-retraite pour elle et son mari. Nous avions aussi une autre voisine dans le voisinage qui avait arrêté de travailler pour s’occuper de ses enfants. Elle venait souvent lui rendre visite pour lui demander quelques conseils pour ce qui était de la reprise du travail après 10 années d’absence, mais surtout pour savoir exactement ce qu’elle devait exactement choisir comme plans financiers pour ses enfants en premier et pour elle et son mari on second.

Cela faisait un peu moins d’un mois qu’elle était à la retraite que son appartement avait fini par devenir une annexe pour conseils financiers. Elle avait déjà commencé à recevoir presque tout le voisinage et donnait sans cesse des conseils avisés pour la bonne gestion des finances familiales ainsi que tout ce qui concerne les placements pour le futur. La plupart des personnes qui sortaient de chez elle allaient directement voir un conseiller en planification financière pour monter un dossier et ainsi se prémunir des aléas de la vie qui pourraient leur barrer la route de la sérénité.

Elle avait fini par être très demandée et commençait à fatiguer. Son mari qui travaillait encore et qui avait décidé de le faire jusqu’à ses 65 ans avait décidé de lui offrir de grandes vacances très loin de la maison de sorte à ce qu’elle puisse enfin jouir de la vie pour laquelle elle avait tant planché pour la rendre la plus sûre possible et la plus agréable. C’était sous ses propres conseils que son mari continuait à travailler, car elle lui avait souvent répété qu’une des plus grosses lacunes pour laquelle il lui avait été toujours difficile à calculer était en rapport à l’espérance de vie qui avait énormément augmenté et qui, dans ses dernières années, il lui avait été souvent reproché de n’avoir pas su ou pu trouver le salaire cible que pouvait espérer un retraité pendant ses années de retraite et que certains dépassements étaient à prévoir du fait de la longévité de la vie. En fait, cela revenait à dire que même avec les meilleures prévisions et les meilleurs plans de financement, il reste après tout toujours des incertitudes. Malgré les chiffres, nous sommes très loin de ce que l’on pourrait appeler une science exacte.

 

The author:

author