• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Ma passion pour les roses

Ma passion pour les roses - Barbara Oldfield

Mes fleurs préférées sont les roses. Mon jardin est un hommage à leur beauté. Je les aime parfumées et remontantes, sauf pour de rares exceptions. L’une d’elles est un arbuste fleuri sans odeur. Il est sujet aux maladies, mais il déborde de fleurs. Le feuillage est endommagé par les taches noires, ensuite il jaunit, avant de tomber prématurément. Pour cette variété, la fin du printemps était comme un automne. Les feuilles repoussaient et retombaient presque aussi tôt, à la fin de l’été. Je ne connais pas son nom, malgré mes recherches. J’ai aussi quelques ennuis avec un rosier grimpant qui se fait manger par les chenilles et les pucerons. Il pousse sans produire de fleurs. Je ne le déplace pas, car je garde l’espoir qu’il s’épanouisse.

Ma visite matinale du jardin au printemps et en été est un des moments les plus agréables de ma journée. Je sens les fleurs qui dégagent une fragrance à cette heure. J’ai observé que leur odeur n’était pas présente toute la journée. Certaines ne sentent qu’après avoir passé quelques temps au soleil. D’autres ont un parfum qui se révèle le matin, quand l’humidité de l’atmosphère règne encore. C’est si agréable, un jardin de senteurs. Parfois, le vent porte les odeurs sucrées des sureaux, des juliennes, évidemment des roses aussi. Dès l’entrée, la profusion de pétales blancs tombés sur le sol dégagent un arôme riche. Les jours d’orage ou après la pluie, les végétaux exhalent des senteurs fortes, même musquées. La terre aussi porte sur elle un parfum d’humus. Les plantes aromatiques comme la menthe et la mélisse possèdent un feuillage si parfumé qu’il suffit de passer à côté pour le sentir. C’est un plaisir de désherber dans ces lieux, de sentir la puissante fragrance des feuilles quand je les froisse du bout des doigts.

Un jour, j’attendais avec impatience de recevoir ma revue préférée de jardinage. Dans le numéro précédent, la présentation du suivant montrait qu’un dossier serait consacré à l’entretien des rosiers ; j’étais, bien sûr, très intéressée. J’avais déjà fait suivre mon courrier montreal, je savais que ce service fonctionnait très bien. Enfin, j’entendis le bruit de la boîte aux lettres qui se refermait. J’étais dans le jardin, à profiter d’une matinée ensoleillée. Je m’installais tranquillement sur un transat pour lire mon magazine. Un thé au jasmin était servi dans une tasse en porcelaine. Je profitais encore un peu de ce moment suspendu dans le temps avant d’aller travailler.

 

The author:

author